La Fabuleuz, c’est fabuleux comme elle fonctionne

Lieu de spectacle, d’activités culturelles, de restauration mais aussi d’interactions, de jardins partagés et de solidarité festive, la Fabuleuz est vraiment un endroit à découvrir et à soutenir.

fabuleuz1

Si vous appréciez les lieux atypiques, fonctionnant de façon autonome et alternative, privilégiant le côté humain, le social et le culturel, vous devriez aller faire un tour du côté de Saignon, à la Fabuleuz. La Fabuleuz, c’est un espace fabuleux dans une ancienne auberge, un peu délabrée, disposant d’un superbe terrain, d’une cantine-restaurant et d’une programmation assez éclectique. C’est aussi une association loi 1901 fondée par une compagnie de cirque qui a décidé un beau matin, de poser ses valises et de s’installer.

«Nous sommes issus d’une compagnie de cirque aérien, explique Véro, régisseur général de la Fabuleuz, nous avons voulu trouver un endroit pour nous poser et nous sommes tombés sur ce lieu où nous développons plusieurs projets. J’aime dire que c’est plus un lieu de vie qu’une salle de concert ou un restaurant ou autre chose, c’est plus un lieu d’accueil. Nous accueillons des artistes, des projets de toutes sortes en fonction de ce qui nous est proposé. J’ai la chance d’avoir énormément de groupes qui viennent me proposer des choses. Si cela reste raisonnable point de vue financier, en général on fonce. C’est avant tout un lieu où chacun peut s’exprimer. C’est une formule associative mais qui fonctionne sans subvention.  C’est un choix que nous avons fait de façon à pouvoir rester autonomes le plus longtemps possible. C’est assez difficile puisque cela fait trois ans que nous galérons et que nous n’avons pas de salaire. Nous ne fonctionnons qu’avec des bénévoles, mais en même temps nous sommes sûrs que si un jour les subventions venaient à disparaître cela ne nous touchera pas trop. Nous sommes un peu des circassiens à la base, un peu punk, on garde quand même cette nature-là. Tout ce que nous gagnons avec le bar, le resto, les concerts, les stages, etc. nous permet de payer le loyer, les charges et pas plus. Tout est réinvesti dans le fonctionnement. »

 

fabuleuz2Lieu d’accueil, convivial, familial. Le restaurant n’est pas vraiment un restaurant, plutôt une grosse cantine où, pour 10 € vous partagez le repas familial avec l’entrée, le plat et le dessert, faits maison. C’est un peu comme si on ouvrait la porte de la maison et que chacun venait participer au repas. Le terrain à l’arrière du bâtiment abrite également des jardins partagés et un système d’échange qui fonctionne plutôt bien. Contre le lopin de terre et l’exploitation du potager, les coopérateurs donnent bénévolement un coup de main côté structure. Ici, on n’a peut-être pas encore de salariés, mais on sait ce que signifie le terme « échange de services ».

En juin et juillet

« Pour le mois de juin nous allons faire trois samedis, précise Véro, il y aura du jazz avec Mario Vino et Toulouse Felix le 6 juin. Puis du rock festif, alternatif avec Babel Buech Madam le 13 juin et nous finirons avec un groupe grec, Kyclos et leur répertoire de musiques du monde le 20.  Nous allons aussi nous concentrer sur la guinguette, puisqu’à partir du 1er juin nous ouvrons une guinguette à l’arrière du bâtiment à côté de la rivière en bord de piste cyclable et des jardins partagés, que nous ouvrirons toute la journée. »

Le gros rendez-vous, ce sera cependant le lundi 13 juillet pour le 3e anniversaire de la Fabuleuz, avec vide grenier de 10h00 à 18h00 sur le terrain. Sont invités pour animer l’événement la Compagnie Balançoire et son spectacle circassien : corps de sensibles, la fanfare Tahar Tag’l, Mariline Marolany, les Trash Croute, Caravane Namasté suivi de dj spounge pour finir la nuit en dansant sur des musiques 80’s.

 

http://www.lafabuleuz.net/

 

Partenaire Osmose radio : Retrouvez cet article et bien d’autres dans le magazine Fanz’Yo de juin, spécial musiques actuelles. En ligne en cliquant ici